Gilles Daigneault

En 1939, dans la Nouvelle Revue Française, le jeune André Malraux terminait sa brillante « Esquisse d’une psychologie du cinéma » par cette phrase laconique, un peu fataliste : « Par ailleurs, le cinéma est une industrie. » Comme s’il s’agissait d’un mal nécessaire. Par ailleurs, donc, les arts visuels sont aussi un marché.