Sean Silcoff

Henry Kissinger, secrétaire d’État américain au plus fort de la crise du pétrole des années 1970, affirmait en juin dernier, dans le cadre de la Conférence de Montréal, que les solutions proposées en 1970 – qui n’avaient pas été appliquées alors – auraient pu contribuer à prévenir la crise énergétique actuelle qui, d’après certaines spéculations, pourrait porter le prix du baril de pétrole à 200 dollars américains.