Culture

L'Homme qui peignait l'âme du Canada

Né à Québec en août 1940, Bruno Côté est décédé le 30 juin dernier à l’âge de 69 ans. Ce Québécois aux origines multiples, irlandaises, écossaises et françaises, apprend le dessin au sein de l’entreprise publicitaire familiale à partir des années 1960. Quelques années plus tard, il s’installe dans Charlevoix, où il se consacrera entièrement à son art. Tous ceux qui l’ont côtoyé gardent assurément le souvenir d'un homme au cœur grand comme les paysages qui l’entouraient, au tempérament solide et fier comme les montagnes qu'il sillonnait.

Né à Québec en août 1940, Bruno Côté est décédé le 30 juin dernier à l’âge de 69 ans. Ce Québécois aux origines multiples, irlandaises, écossaises et françaises, apprend le dessin au sein de l’entreprise publicitaire familiale à partir des années 1960. Quelques années plus tard, il s’installe dans Charlevoix, où il se consacrera entièrement à son art. Tous ceux qui l’ont côtoyé gardent assurément le souvenir d'un homme au cœur grand comme les paysages qui l’entouraient, au tempérament solide et fier comme les montagnes qu'il sillonnait.

Dans l’arrière-pays charlevoisien, plusieurs grands maîtres de l’art canadien sont venus s’inspirer des espaces, s’imprégner de la sérénité des lieux et se laisser bercer par la douce lumière descendue du Nord. Nous pouvons, entre autres, lire dans l’œuvre de René Richard cette nordicité qui n’a jamais cessé de l’habiter. Suivant son exemple, une nouvelle école du paysage allait émerger, celle des peintres de la Norditude, dont Bruno Côté est l’un des membres fondateurs.

L’artiste illustre ce que lui inspirent les paysages nordiques tout en contribuant à un patrimoine artistique tout à fait inédit. Côté souhaitait également encourager la mise en valeur des sites exceptionnels de sa région ainsi qu’une meilleure connaissance de l’évolution de ces écosystèmes fragiles. Par l’entremise de la fondation La Norditude, dont la principale mission est de promouvoir et encourager la protection, la conservation et la mise en valeur de l’environnement et des parcs canadiens à caractère nordique, Côté et ses confrères (Marcel Fecteau, Jacques Hébert, Paul-Tex Lecor, St-Gilles et Louis Tremblay) participent directement au financement de la recherche scientifique appliquée à ces territoires, dans le respect et l’intégrité écologiques de ces sites.

Peu nombreux sont les artistes québécois qui, comme Bruno Côté, parcourent en toutes saisons l’arrière-pays pour peindre des paysages nordiques. Il a exploré les régions les plus isolées du Nord canadien jusqu’aux confins de l’Arctique, à la recherche de paysages singuliers que son art anime d’une atmosphère unique.

Côté est fasciné par l’immensité de son pays et par la lumière vive, et il en traduit toute l’intensité — Paul V. Beaulieu, A.R.C.

Il plane sur les œuvres de Bruno Côté un mystère persistant où la synthèse des formes laisse place aux contrastes saisissants des couleurs. Ce coloriste aimait créer des suites abruptes, ponctuées d’impressions ; il s’amusait à utiliser des pigments empâtés et à user de coups de pinceaux saccadés pour dynamiser ses toiles. À la limite de l’abstraction, la figuration comprise dans ses œuvres était plus souvent qu’autrement symbolique.

Par ailleurs, un certain souci décoratif n’empêchait pas Bruno Côté de s’exprimer avec franchise : il provoquait l’œil du spectateur en jouant de sa palette et des effets d’éclairage et d’espace.

De par son talent et son attachement à ses racines, Bruno Côté est un chef de file  de la peinture paysagiste canadienne moderne. Ambassadeur de la région de Charlevoix et plus particulièrement de la ville de Baie-Saint-Paul, cet homme de forte stature, droit, généreux et au franc parler, avait gagné l'admiration de ses pairs. Tout au long de sa vie, il a soutenu l'art dans Charlevoix, en s'associant notamment au festival Rêves d'automne et en participant au tout premier Symposium international d'art contemporain en 1982.

Nous ne pouvons évoquer Bruno Côté sans nous rappeler son humilité ainsi que sa grande générosité. Il est somme toute peu fréquent de pouvoir côtoyer un artiste d'une telle envergure, et surtout, de pouvoir vivre des moments magiques avec une personne qui partage son savoir tout en restant modeste.

Reconnu à travers le Canada, les États-Unis et l’Europe, Bruno Côté, maître dans l’art des ombres et de la lumière, a su capturer pour nous le cœur et l’âme même du Canada. Héritier de la grande tradition de la peinture de paysage, de par l’originalité de son style et l’unicité de sa démarche artistique, il contribue désormais à son enrichissement et ne cesse d’inspirer la jeune génération d’artistes canadiens.

Ses tableaux ont fait l’objet d’expositions individuelles majeures ici et à l’étranger pendant près de 35 ans, et figurent dans des collections de prestigieuses entreprises ainsi que dans de nombreuses collections publiques et muséales.

Lire davantage sur ces sujets

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.