Énergie

LA CRISE DU PÉTROLE / Le point de vue d’Henry Kissinger

Le point de vue d’Henry Kissinger

Henry Kissinger, secrétaire d’État américain au plus fort de la crise du pétrole des années 1970, affirmait en juin dernier, dans le cadre de la Conférence de Montréal, que les solutions proposées en 1970 – qui n’avaient pas été appliquées alors – auraient pu contribuer à prévenir la crise énergétique actuelle qui, d’après certaines spéculations, pourrait porter le prix du baril de pétrole à 200 dollars américains.
 

« Lorsque nous avons traversé cette crise, nous pensions que le prix du baril, à 30 dollars américains, était insoutenable », confie Henry Kissinger dans une entrevue exclusive accordée au Financial Post avant la tenue d’un discours devant le Forum économique international des Amériques, à Montréal.

« Ironiquement, les solutions que nous proposions à l’époque, qui furent alors plus ou moins acceptées mais jamais mises en application, demeurent celles qui sont évoquées aujourd’hui, toujours sans être mises en oeuvre. »

Henry Kissinger dit que l’Agence internationale de l’énergie, créée en 1974 en réaction à la formation de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a vu ses efforts « couronnés de succès » en matière d’accumulation de stocks d’urgence, et « relativement fructueux » à l’égard de la communication d’information aux consommateurs.

« Toutefois, l’Agence n’a pas franchi le pas supplémentaire consistant à examiner à quel stade des contre-mesures pourraient être prises », ou quelles mesure  l’on pourrait adopter en vue de combattre la montée des prix.

Henry Kissinger n’a pas souhaité mentionner les contre-mesures qui devraient être prises selon lui, mais a affirmé que le développement de sources énergétiques de remplacement, une meilleure coopération à l’échelle mondiale sur l’établissement des prix et la création d’une « approche d’ensemble » ne s’étaient pas encore produits.

« Je crois que la politique énergétique américaine a fait tout ce qui pouvait se faire sans causer trop de tiraillements, dit-il. Mais je crois aussi que durant les 20 dernières années, elle n’a pas fait ce qu’elle aurait dû faire. D’ailleurs, c’est aussi le cas des politiques énergétiques des autres pays. »  

Henry Kissinger, qui appuie son vieil ami John McCain dans la course à la présidence, dit estimer que la guerre en Irak, un des points essentiels de désaccord entre le représentant [alors pressenti] du parti Républicain et le démocrate Barack Obama, « évolue dans une direction où je crois que se dessine une solution politique réalisable » dans la foulée du redéploiement militaire que préconise John McCain.

À la question de savoir quels sont, selon lui, les plus grands enjeux mondiaux, il mentionne « quatre ou cinq bouleversements qui se produisent autour du monde simultanément » et qui comprennent l’élargissement de l’Union européenne et les transformations que cela entraîne sur le Vieux Continent, la transformation des pouvoirs dans le monde islamique, la montée de l’Asie et « le fossé entre l’économie et la politique mondiales ».

En outre, Henry Kissinger, qui contribua à ouvrir la voie aux relations sinoaméricaines lors d’une visite secrète effectuée en 1971, alors qu’il était assistant du président Richar  Nixon pour les affaires de sécurité nationale, souligne que cette superpuissance asiatique et les États-Unis « doivent, chacun de leur côté, faire tous les efforts possibles pour éviter de construire une relation classique d’adversaires, car cela pourrait avoir les mêmes retombées » que les forces qui ont mené à la Première Guerre mondiale, à une époque où « le sort du monde repose plus que jamais sur des réponses créatives et positives ».

« Je suis un ardent défenseur de relations constructives avec la Chine », conclut-il.

Sean Silcoff est journaliste au National Post.

Lire davantage sur ces sujets

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.