Économie

Jean Neveu, un homme de coeur

JEAN NEVEU : 1941 - 2011 UN HOMME DE CŒUR

Quiconque a eu la chance de voir Jean Neveu présider une assemblée générale des actionnaires de Quebecor a pu mesurer la stature du personnage, sa bienveillance bourrue et son autorité naturelle. Après la disparition de Pierre Péladeau, Jean Neveu est naturellement devenu la nouvelle figure emblématique de Quebecor, son second pater familias à la force tranquille rassurante. Incarnant à la fois la solidité de l’expérience et la volonté d’innover, ce précieux conseiller a su guider Pierre Karl Péladeau et garantir une transition intergénérationnelle harmonieuse à la tête de l’entreprise.

Quiconque a eu la chance de voir Jean Neveu présider une assemblée générale des actionnaires de Quebecor a pu mesurer la stature du personnage, sa bienveillance bourrue et son autorité naturelle. Après la disparition de Pierre Péladeau, Jean Neveu est naturellement devenu la nouvelle figure emblématique de Quebecor, son second pater familias à la force tranquille rassurante. Incarnant à la fois la solidité de l’expérience et la volonté d’innover, ce précieux conseiller a su guider Pierre Karl Péladeau et garantir une transition intergénérationnelle harmonieuse à la tête de l’entreprise.

Jean Neveu, qui faisait partie du groupe des pionniers de l’émergence du Québec Inc. et pour qui l’affirmation d’un peuple passait avant tout par son émancipation économique et la maîtrise des leviers de son développement, avait fait très tôt le pari de l’économie et des affaires. Ce véritable bâtisseur, un fort en chiffres doté d’une vision stratégique et d’une intuition extraordi-naires, a non seulement contribué à la réussite de Quebecor, mais aussi ouvert la voie à bien d’autres succès québécois.

À l’aube de ce qu’on a appelé la Révolution tranquille, Jean Neveu, d’origine et de condition modestes, s’est dirigé vers les sciences comptables – orientation peu prisée de ses pairs à l’époque – afin de participer à l’édification d’entreprises sous la gouverne de Canadiens français. Loin de vouloir se venger de l’Histoire ou supplanter quiconque, il entendait simplement prendre sa place pour en faire profiter les siens. L’enrichissement collectif de ses compatriotes lui tenait à cœur plus que tout.

D’abord recruté par un autre grand bâtisseur du Québec Inc., Rémi Marcoux, il se joint à Quebecor en 1969 à titre de contrôleur. Jusqu’en 1979, ce professionnel minutieux et clairvoyant se retrouve à divers postes administratifs, semblant lire dans les états financiers de l’entreprise des secrets invisibles au commun des mortels. Ses conseils, il va sans dire, sont très recherchés. Entrepreneur dans l’âme, il quitte Pierre Péladeau pour fonder une nouvelle entreprise de distribution, avant de regagner les rangs de Quebecor en 1988. Il y sera vice-président aux quotidiens puis premier vice-président ; par la suite, il occupera une foule de postes clés dans l’entreprise.

Président du conseil et chef de la direction d’Imprimeries Quebecor de 1989 à 1997, il devient ensuite président du conseil de l’entreprise jusqu’en 2002. En décembre 1997, il accède au poste de président et chef de la direction de Quebecor, poste qu’il occupera jusqu’en avril 1999, année où il devient président de son conseil d’administration. Depuis 2001, il était devenu administrateur, puis président du conseil de Groupe TVA. Enfin, Jean Neveu siégeait également au conseil d’administration de Quebecor Media.

Dirigeant émérite d’une entreprise qui fut le plus important imprimeur commercial de la planète, Jean Neveu faisait preuve d’une intégrité exceptionnelle bien avant que les notions d’éthique revêtent l’importance qu’on leur reconnaît aujourd’hui. Il s’agissait pour lui d’une valeur fondamen-tale et non pas d’une règle de gouvernance imposée. Capable d’une empathie et d’une écoute que sa stature physique et mentale ne suggéraient pas d’emblée, ce personnage imposant, franc et direct, qui aurait si facilement pu inspirer la crainte, faisait preuve d’une disponibilité et d’une générosité remarquables, et était capable d’une surprenante délicatesse.

Le cœur sur la main, Jean puisait ses plus grandes satisfactions dans l’entraide et l’amitié. Actif au sein de nombreuses instances à caractère social, économique et culturel, il consacrait temps et énergie à épauler sa communauté. En droite ligne avec la philosophie de Quebecor et de son fondateur, il croyait fermement que l’action philanthropique et la participation de chacun au développement de nos collectivités sont essentielles au bien-être socioécono-mique de nos concitoyens.

Jean Neveu appartenait à cette race d’êtres plus grands que nature dont l’existence même est un appel au dépassement, des êtres que l’on finit par croire éternels et qui laissent sur leur entourage une empreinte indélébile. Le Québec a perdu l’un de ses plus nobles fils. Il demeurera pour nous tous un modèle à suivre, un monument d’humanité, bref, un grand homme. ×

J. SERGE SASSEVILLE est vice-président, Affaires corporatives et institutionnelles, Quebecor Media.

Lire davantage sur ces sujets

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.