UE: les îles d'Irlande commencent à voter sur le pacte budgétaire

Le Premier ministre irlandais Enda Kenny le 24 mai 2012 à Bruxelles

Les électeurs habitant sur des îles irlandaises isolées ont commencé à voter lundi pour ou contre le pacte budgétaire européen, objet d'un référendum convoqué jeudi dans le reste du pays, a annoncé le gouvernement.

L'Irlande devrait être le seul pays de l'Union européenne à organiser un référendum sur ce texte qui vise à renforcer la discipline commune à la suite de la crise de la dette, avec partout des "règles d'or" sur l'équilibre des comptes.

Les électeurs habitant sur des îles irlandaises isolées ont commencé à voter lundi pour ou contre le pacte budgétaire européen, objet d'un référendum convoqué jeudi dans le reste du pays, a annoncé le gouvernement.

L'Irlande devrait être le seul pays de l'Union européenne à organiser un référendum sur ce texte qui vise à renforcer la discipline commune à la suite de la crise de la dette, avec partout des "règles d'or" sur l'équilibre des comptes.

Les habitants d'îles éloignées de la côte ouest de l'Irlande sont traditionnellement appelés à voter à l'avance par rapport au reste du pays. Il n'est en effet pas rare que les tempêtes de l'Atlantique retardent de plusieurs jours le rapatriement des urnes pour le décompte national.

Lundi, 765 personnes étaient appelées à voter sur cinq îles du comté de Donegal (nord-ouest). Mardi, ce sera au tour des 194 électeurs de trois îles du comté de Mayo (nord-ouest), et mercredi aux 1.164 électeurs des cinq îles du comté de Galway (centre-ouest), selon le ministère irlandais de l'Environnement qui supervise le référendum.

Selon quatre sondages publiés ce week-end, le camp du "oui" devrait l'emporter avec 57 à 60% des suffrages exprimés, mais de nombreux électeurs sont encore indécis.

Lors d'une intervention télévisée dimanche, le Premier ministre irlandais Enda Kenny a appelé à un vote "massif" en faveur du traité pour "créer la stabilité" dont son pays a besoin.

Le Sinn Fein, parti nationaliste de gauche qui fait campagne pour le "non", affirme lui que le texte "inscrira l'austérité dans la constitution" de l'Irlande.

Le résultat du référendum est attendu vendredi.

Au bord du naufrage en raison de la faillite de son secteur bancaire en 2010, le pays avait été contraint d'accepter un plan de sauvetage de 85 milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), l'obligeant à adopter plusieurs budgets d'austérité.

Si l'Irlande rejetait le pacte, cela n'aurait pas de conséquence sur l'actuelle aide financière européenne dont elle bénéficie. En revanche, une victoire du "non" empêcherait les Irlandais d'avoir accès au futur mécanisme de stabilité européen, destiné à financer les pays en difficulté de la zone euro, qui doit entrer en vigueur en juillet.

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.