Québec
Canada
International

Personnalités de l’année 2016

L’année qui vient de prendre fin a été mouvementée sur plusieurs fronts. Dans la fureur de l’actualité, quatre Québécois se sont démarqués par leurs réalisations, atteignant à l’extraordinaire. Voici les personnalités de l’année 2016 du magazine Forces.

par Paul Therrien

Le bon joueur

Mitch Garber, 52 ans

PDG de Caesars Acquisition Company

Cet entrepreneur né dans un milieu modeste à Montréal est aujourd’hui à la tête d’un empire de 2,5 milliards de dollars : Caesars Acquisition Company, le géant du divertissement qu’il a fondé en 2009. Ayant déjà amassé une fortune personnelle de 200 millions de dollars grâce aux casinos et aux jeux en ligne, Mitch Garber a réussi le coup d’une carrière cet été. Un consortium chinois a acheté Playtika, la division de jeux mobiles qu’il dirigeait, pour la somme de 4,4 milliards de dollars américains. À la suite de cette transaction, en insistant pour payer au fisc canadien les dizaines de millions de dollars d’impôt qu’ont engendré ses gains en capital de centaines de millions, Mitch Garber a gagné la faveur des Québécois. « Je veux que mes enfants soient élevés ici. Et je veux payer mes impôts ici », a dit celui qui préside le conseil du Cirque du Soleil, mais qui est surtout connu du public comme étant l’« Anglo » de l’émission Dans l’œil du dragon. Coprésident de la campagne 2016 de Centraide, ce passionné de Montréal, grand philanthrope qui donne 1 million de dollars par an aux œuvres de charité, a souvent plaidé pour la défense du français et la fin des « deux solitudes » au Canada.

Le magicien

Robert Lepage, 58 ans

Auteur, metteur en scène, réalisateur, comédien

Salué depuis plus de 20 ans par la critique internationale, il a connu en 2016 un retour en scène triomphal devant le public québécois avec 887, une pièce créée en 2015 à partir du poème Speak White de Michèle Lalonde. Sur un ton personnel et intime, jouant son propre rôle, il y raconte les 50 dernières années de sa patrie. Un livre, enrichi de 55 illustrations de Steve Blanchet inspirées par cette création, a également été publié cette année. Ce n’est pas tout : l’artiste, né dans la Vieille Capitale, travaille actuellement à un des spectacles permanents du Cirque du Soleil à Las Vegas. Le tremplin de son activité effrénée – il a réalisé plusieurs films, mis en scène de nombreuses pièces traduites et présentées partout dans le monde – fut sans doute la fondation en 1994 d’Ex Machina, cette compagnie multidisciplinaire réunissant des artistes de tous les milieux, véritable laboratoire de nouvelles technologies dont sortent des expositions muséales, des spectacles rock ou des opéras. Ses accomplissements lui ont déjà valu la médaille de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de France, la Légion d’honneur, ainsi que les titres d’officier de l’Ordre national du Québec, de l’Ordre du Canada et de l’Ordre de la Pléiade.

L’aidante

Chloé Sainte-Marie, 54 ans

Chanteuse et actrice

L’on dit souvent qu’elle fut la muse de son conjoint, le réalisateur Gilles Carles. Chloé Sainte-Marie l’a notamment accompagné durant plus de 17 ans alors qu’il était aux prises avec la maladie de Parkinson. Depuis son décès en 2009 et la création de la Fondation Maison Gilles-Carle, l’actrice et chanteuse est profondément engagée dans la cause des malades chroniques et de leur entourage, faisant campagne sans relâche pour que les aidants naturels soient reconnus et aidés par le gouvernement. La première Maison a ouvert ses portes en 2012, offrant aux aidants naturels ainsi qu’à leurs proches un lieu de répit et de détente. En 2016, l’artiste, née Marie-Aline Joyal, à Saint-Eugène-de-Grantham, s’est engagée dans le Programme Biblio-Aidants visant à renseigner les aidants sur les diverses maladies et les défis auxquels ils font face -quotidiennement. Durant ce temps, sa carrière de chanteuse, maintes fois saluée par les critiques, continue de plus belle : l’artiste est en tournée depuis deux ans pour son dernier album À la croisée des silences. Le 13 août 2017, elle chantera à 5 h du matin au cap Bon Ami, pour la 14e édition du Festival de musique du bout du monde de Gaspé.

Le pilote

Lance Stroll, 18 ans

Coureur automobile

Peu de temps après avoir soufflé ses 18 bougies, ce jeune pilote né à Montréal a confirmé qu’il fera ses débuts en Formule 1 lors du championnat 2017 chez Williams F1 Team, aux côtés de Valtteri Bottas. Lance Stroll devient ainsi le premier Québécois à évoluer en F1 depuis Jacques Villeneuve. Selon le journaliste Michael Schmidt, le père de Lance, Lawrence Stroll, homme d’affaires milliardaire et propriétaire du circuit Mont-Tremblant, aurait déboursé autour de 80 millions de dollars afin de payer sa préparation ; Lance a alors pu piloter une Williams 2014, avec une équipe de 20 employés pour l’encadrer, et ainsi faciliter son intégration à l’écurie britannique en tant que pilote numéro 2. Le talent de Lance est toutefois à la hauteur de cet investissement paternel. Après s’être classé 5e en 2015, Lance Stroll est devenu le champion 2016 d’Europe Formule 3 grâce à une saison étincelante de 14 victoires en 30 courses. Jusqu’en 2013, il a remporté de nombreux titres en karting. Lors des championnats de Formule 4 en Italie, alors adolescent âgé 15 ans, il a remporté 10 courses sur 17 pour Prema Powerteam. Si tout va bien, les Montréalais pourront le voir sur le circuit Gilles-Villeneuve, le 11 juin 2017.

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.