Société

M’entendez-vous ? Écoutez-moi ! La Maison des enfants

  

Nous entrons dans la grande période des fêtes de fin d’année – religieuses ou laïques selon la tradition de chacun –, avec Noël et le jour de l’An à nos portes. Pour beaucoup d’entre nous, c’est la course aux cadeaux, surtout pour les enfants. Alors que certains savent déjà à quoi s’en tenir, pour d’autres, ce sera une course de dernière minute.

La liste de cadeaux est parfois trop longue, parfois trop courte… Dans tous les cas, il y a des enfants qui rêvent : jeux vidéo, téléphones cellulaires – de quoi activer les petits et les gros pouces ; films de princes et de princesses, poupées – c’est toujours à la mode ; vacances à la montagne ou fuite au soleil... Pour la plupart, pas d’école et des congés, avec une visite dans la famille chez grand-papa ou grand-maman quand ils sont encore en vie.

Des cadeaux faciles, à condition d’en avoir les moyens…

Mais dans quelle mesure ce temps de vacances hivernales peut-il devenir un temps libéré des écrans, un temps de rapprochement entre parents et enfants, un temps d’écoute attentive, un temps de parole et d’écoute mutuelle ? Écouter vraiment nos enfants nécessite du temps et, parfois, de la patience.

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir un lieu, en fait une maison, où des bénévoles sont à l’écoute des enfants et de leurs parents depuis plus d’un quart de siècle… Bienvenue à la Maison des enfants de l’île de Montréal qui a pignon sur rue dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve !

Cet organisme s’adresse aux enfants de 5 à 12 ans en offrant des activités qui favorisent l’écoute, l’expression et le jeu comme -véhicule d’épanouissement personnel. Plusieurs enfants du quartier fréquentent la maison. D’autres jeunes, venus des autres arrondissements, s’y présentent en groupe-classe. Des rencontres ont aussi lieu en classe, dans plusieurs écoles de l’île de Montréal, avec l’accord des enseignants. Les enfants exercent aussi leur droit de parole en écrivant des lettres ; plus de 5 000 sont reçues par année. Et chaque lettre a droit à une réponse confidentielle sur un papier à lettres et une enveloppe personnalisés.  

Retour dans le temps 

Dans les années 1980, le milieu familial change rapidement. La présence d’une maman 24 heures par jour à la maison devient moins courante. Les services de garde ont de la difficulté à répondre aux nombreux besoins des parents. Les rapports avec les enfants se compliquent du fait que les parents passent moins de temps avec leurs enfants.

Pierrette Gélineau a travaillé à la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) – qui est devenue aujourd’hui la Commission scolaire de Montréal (CSDM) – auprès de groupes de parents afin de faciliter justement les liens entre parents et enfants. Elle a aidé ainsi les jeunes parents à préserver, accentuer et valoriser leurs liens avec leurs enfants, et ce, dans tous les milieux sociaux.

Critique à l’égard de l’action des experts sociaux auprès des familles, elle a ensuite quitté son emploi afin de venir en aide aux enfants les plus démunis en Inde et dans les écoles de mère Teresa. Une immersion complète. Elle en est revenue, huit mois plus tard, profondément transformée, avec un seul objectif : celui de créer une « maison des enfants » dont la grande mission serait d’être à leur écoute tout en respectant leur droit de parole.

Un temps pour la réflexion, un autre pour l’action!

Après des semaines de réflexion, d’analyse et de consultations auprès d’un groupe de 25 personnes de tous âges partageant la même vision, le temps était venu de bâtir le projet sur lequel les enfants s’étaient eux aussi exprimés.

Interrogés sur la « maison » qu’ils souhaiteraient avoir, voici ce qu’ils en ont dit : « Nous ne voulons pas une autre école, mais une vraie maison, avec un grand escalier, une cuisine pour préparer la nourriture et manger, des pièces pour méditer, parler entre nous, nous confier à quelqu’un. Nous voulons une pièce pour les costumes et le maquillage et un salon-salle de jeu pour nos jeux collectifs, du théâtre et autres représentations. »

C’est ainsi qu’est née, en avril 1989, la Maison des enfants de l’île de Montréal, dans le respect de ce qui était souhaité. Elle est là, aujourd’hui, pour les enfants d’Hochelaga-Maisonneuve qui y viennent à la sortie de l’école, mais aussi pour les enfants et leurs enseignants qui sont invités à participer à des activités sur place ou à l’école.  

Un lien puissant, le courrier des enfants

Depuis l’ouverture de la Maison, un lien très fort a été créé avec les enfants d’une vingtaine d’écoles primaires, par l’intermédiaire du courrier, dans les arrondissements de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Anjou, Ahuntsic–Cartierville, Le Sud-Ouest, Le Plateau-Mont-Royal, Rosemont–La Petite-Patrie, Montréal-Nord et Ville-Marie.

En période scolaire, tous les mercredis, des facteurs et factrices font la navette entre la Maison des enfants de l’île de Montréal et les écoles. Ils apportent les réponses aux lettres de la semaine précédente, attendues avec impatience, et emportent les nouvelles lettres auprès d’une importante équipe de bénévoles qui prend soin d’y répondre. Chaque enfant reçoit une réponse confidentielle et personnalisée. Pour les quelques permanents de l’équipe et les nombreux bénévoles du courrier, chaque lettre est importante. Des dessinateurs illustrent et décorent le papier à lettres et les enveloppes destinées aux enfants.

D’anciens élèves devenus adultes se rappellent des lettres reçues qu’ils conservent encore comme des trésors.

L’écoute en classe

L’école n’est pas un lieu de tout repos. Dans la classe, au dîner, dans la cour de récréation, il peut y avoir des moments plus difficiles pour les enfants. Ils arrivent parfois à l’école chargés d’émotions à la suite d’un réveil ou d’une fin de semaine difficile, ou tout simplement désireux de partager leurs joies et leurs désirs avec un adulte. Ils réclament alors une attention que le professeur n’est pas toujours en mesure de leur accorder faute de temps ou de moyens.

C’est à la suite de la suggestion d’une enseignante, qui percevait ce besoin d’attention chez les enfants, que la Maison des enfants de l’île de Montréal a mis en place le programme Écoute en classe. Aujourd’hui, une dizaine de classes bénéficient de la présence d’un bénévole une fois par semaine dans leur classe ou dans un local de l’école, appelé « coin doux », pour offrir aux enfants la possibilité de s’exprimer. Dans une pièce parfois meublée d’une bonne chaise berçante, un adulte prend le temps de les écouter un à un.

Pour pouvoir répondre à plus de demandes, l’organisme a besoin d’être appuyé. Aussi, avec les années, la maison qui accueille les enfants et leurs familles a besoin de se refaire une beauté. La Maison des enfants de l’île de Montréal sollicite les particuliers et entreprises à travers, notamment, un programme de dons. Participez en grand nombre ! 

 

Un jour, j’ai eu l’occasion d’intervenir auprès d’un jeune qui voulait décrocher de l’école. Il ne lui restait que la moitié de sa cinquième secondaire à terminer.

Je ne l’ai jamais rencontré. Ce n’était pas nécessaire. Je lui ai écrit une lettre l’encourageant à poursuivre, à compléter cette étape importante dans sa vie.

Il a terminé son secondaire avec succès.
Il a fait une expérience sur le marché du travail pour reprendre ensuite ses études collégiales.

Ce dénouement a été pour moi un cadeau. La lettre d’un inconnu aura changé sa vie.

 

D’une génération
à l’autre

La Maison des enfants de l’île de Montréal est à ce point ancrée dans la mémoire des gens, qu’on y adhère d’une génération à l’autre. En voici un bel exemple.

Une nuit de novembre dernier, bien avant l’aube, une maman a emmené sa fille de neuf ans à l’aéroport pour lui permettre de vivre un voyage de rêve sur les ailes d’Air Canada. En direction du monde enchanteur de Walt Disney, près de 200 enfants se sont envolés sous la protection d’adultes et de membres de l’équipage, tous bénévoles.

Pour cette petite fille de la Maison des enfants de l’île de Montréal, c’était un jour d’émerveillement. Pour sa maman, c’était la première fois qu’elle laissait sa fille partir seule. Au retour, en attendant l’arrivée de son enfant unique à l’aéroport, la maman s’est souvenue qu’elle aussi avait fréquenté la Maison des enfants de l’île de Montréal, un quart de siècle plus tôt, quand elle était écolière.

Un large sourire a éclairé son visage quand elle a vu sa fille marcher dans le grand hangar du transporteur aérien à Dorval. Sa fille tombant de sommeil, elle aura dû attendre au lendemain pour en savoir plus sur le voyage.

 

À ma retraite de Radio-Canada, une amie m’a demandé de siéger au conseil d’administration de la Maison des enfants de l’île de Montréal. Je connaissais plusieurs des bénévoles qui y donnaient de leur temps et de leur talent.

Sous la direction générale de Chantal Tétreault, j’ai rejoint l’équipe de 8 permanents et 300 bénévoles, dont le travail représente plus de 13 000 heures de bénévolat chaque année. Notre mission est rendue possible grâce à nos partenaires financiers : Centraide, la Fondation Marcelle et Jean Coutu, la Fondation J.A. DeSève, la Fondation Paul-A. Fournier, Paul Desmarais, Guy Savard, le ministère de la Famille du Québec, l’Agence de la santé publique du Canada, Avenir d’enfants et les nombreux donateurs.

Si une seule lettre a pu aider un jeune adolescent à ne pas décrocher de l’école, imaginez combien toutes les lettres de milliers d’enfants et les réponses qu’ils ont reçues au cours des 27 dernières années ont pu aider des jeunes à développer la confiance en eux et en leur avenir.

Pour en savoir plus sur le rôle exceptionnel de la Maison des enfants de l’île de Montréal, consultez notre rapport annuel à lamaisondesenfants.qc.ca.

Écoutons attentivement, sincèrement nos enfants quand ils nous parlent. C’est le plus beau cadeau à leur faire et à nous faire.

Par Pierre Maisonneuve

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.