International

Deux villes, même constat

La France traverse actuellement des temps incertains, notamment sur le plan politique, à la suite des récentes atrocités terroristes sur fond de cotes de satisfaction à un faible 16 % pour l’actuel président, François Hollande. Lors des prochaines élections présidentielles, dont le premier tour aura lieu le 23 avril 2017, il est probable qu’aucun candidat de gauche, que ce soit Hollande ou un autre aspirant, ne gagnera suffisamment de voix pour être un des deux candidats au second tour, le 7 mai.

La France traverse actuellement des temps incertains, notamment sur le plan politique, à la suite des récentes atrocités terroristes sur fond de cotes de satisfaction à un faible 16 % pour l’actuel président, François Hollande. Lors des prochaines élections présidentielles, dont le premier tour aura lieu le 23 avril 2017, il est probable qu’aucun candidat de gauche, que ce soit Hollande ou un autre aspirant, ne gagnera suffisamment de voix pour être un des deux candidats au second tour, le 7 mai. On assistera sans doute plutôt à un second tour entre un candidat des républicains, à droite, probablement Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, et Marine Le Pen, la cheffe du Front national, à l’extrême droite, actuellement à 29 % dans les sondages d’opinion, selon l’Institut français d’opinion publique (IFOP). La même situation s’était produite en 2002 lorsqu’un premier ministre socialiste impopulaire, Lionel Jospin, s’était retrouvé en troisième position au premier tour de scrutin, étant ainsi exclu du second tour, qui vit Jacques Chirac battre Jean-Marie Le Pen, alors chef du Front national. Comment se peut-il qu’en 2017, la France se retrouve une fois de plus devant la perspective qu’un candidat d’extrême droite parvienne au stade ultime d’élections nationales ? Considérons l’histoire récente de deux villes françaises très différentes, qui se ressemblent par leur nom : Boulogne-Billancourt et Boulogne-sur-Mer.

Boulogne-Billancourt est une riche banlieue parisienne facilement accessible depuis Paris intra-muros par les lignes de métro 9 et 10. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), cette ville compte près de 120 000 habitants avec, en 2012, un revenu disponible médian [« médiane du revenu disponible par unité de consommation »] de 30 560 euros, soit un revenu de plus de 50 % supérieur à la moyenne française métropolitaine, de 19 785 euros. Le taux de pauvreté y est de 9,2 % et le taux de chômage, de 9,4 %, soit en dessous de la moyenne nationale de 14,3 % et 9,9 % respectivement..

Sur le plan politique, la ville, après une longue histoire d’allégeance à gauche, vote aujourd’hui pour la droite traditionnelle. Lors des élections présidentielles de 2012, Nicolas Sarkozy y a obtenu plus de 63 % des voix au second tour, et Marine Le Pen, du Front national, seulement 6,5 % au premier tour. Lors des élections régionales de décembre 2015, le candidat du Front national a remporté 9,9 % au premier tour et 6,1% au second tour. Quant à l’élection présidentielle de l’année prochaine, il est très peu probable que le Front national fasse des incursions sur la carte politique de cette circonscription.

Ma formation d’historien du mouvement ouvrier m’amène à associer la ville de Boulogne-Billancourt à l’usine automobile Renault. Louis Renault construit, en 1898, sa première voiture, la Renault Type A, dans un hangar de la ville, ouvre des usines sur les deux rives de la Seine, avant de concentrer le complexe de fabrication sur l’île Seguin, qui fait partie de Boulogne-Billancourt sur le plan administratif. En mai-juin 1936, quelque 30 000 ouvriers de Renault se mettent en grève pour soutenir les demandes du gouvernement du Front populaire nouvellement élu, mais Louis Renault sévit durement contre les grévistes. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’usine Renault fabriquait environ 18 000 camions par an pour les forces allemandes. Après la guerre, la société est nationalisée et produit la célèbre 4CV. L’usine est finalement fermée en 1992, mais le siège mondial de Renault demeure à Boulogne-Billancourt.

Boulogne-Billancourt accueille le siège mondial de plusieurs autres sociétés multinationales ou audiovisuelles, comme Alcatel-Lucent, Carrefour, TF1 ou encore Yoplait. La ville a tourné le dos à son patrimoine industriel et abrite aujourd’hui des services d’affaires et de communication. L’île Seguin, énorme chantier durant les dix dernières années, est relabellisée « éco-cité culturelle du Grand Paris », où l’on peut voir des spectacles du Cirque du Soleil à côté d’un centre d’essai des véhicules électriques Renault...

La ville de Boulogne-sur-Mer, quant à elle, est située à 215 kilomètres de Paris, sur la magnifique Côte d’Opale, en face de l’Angleterre. On compte près de 120 000 habitants dans sa grande région urbaine (Communauté d’agglomération du Boulonnais), dont 42 500 dans la ville elle-même avec, en 2012, un revenu disponible médian de 14 925, de 25 % inférieur à la moyenne métropolitaine française. Dans cette ville, les taux de pauvreté et de chômage chiffrés par l’Insee, respectivement de 30,5 % et de 26,7 %, sont tous deux beaucoup plus élevés que les moyennes nationales mentionnées plus haut.

Sur le plan politique, la ville est un bastion traditionnel de la gauche, mais on y a vu une forte hausse récente de l’appui au Front national. Lors des élections présidentielles de 2012, François Hollande a obtenu près de 62 % des voix au second tour, Marine Le Pen en ayant récolté 21 % au premier tour. Lors des élections régionales de décembre 2015, toutefois, Marine Le Pen a remporté presque 36 % au premier tour, tout juste derrière le candidat de la gauche, à 37 %. Au deuxième tour, avec seulement deux candidats après que la gauche eut renoncé à cette région pour des raisons stratégiques, Le Pen, avec 38 % des voix, a perdu au profit du candidat de la droite traditionnelle.

L’activité économique de Boulogne-sur-Mer demeure fondée sur le poisson ; cette ville est le plus important port de pêche du pays et abrite de nombreuses usines de transformation du poisson et d’autres aliments qui emploient quelque 5 000 travailleurs. Cependant, le tonnage de poisson a diminué de façon marquée au cours des dernières années : de 50 000 tonnes débarquées en 2001 à 33 000 en 2015, avec des baisses encore plus marquées quant aux rendements financiers. Des tentatives récentes ont visé à diversifier l’économie locale, telle la construction en 2009, pour 40 millions d’euros, d’un nouveau terminal de ferry transmanche désormais vide et moqué localement en tant que piste d’atterrissage des mouettes. Il y a aussi le contrecoup des perturbations et des mesures de sécurité accrues à proximité de Calais en raison de la crise des réfugiés (voir Forces 183, « Droits de passage »).

Je fréquente Boulogne-sur-Mer régulièrement depuis près de vingt ans. La région continue d’offrir de nombreuses attractions, mais j’y ai aussi constaté un déclin du niveau de vie et une augmentation de la pauvreté. Lors de l’élection présidentielle de l’année prochaine, je ne serais pas surpris d’y voir un score record pour le Front national.

Quant à un éventuel second tour aux élections présidentielles de 2017 opposant Marine Le Pen et un candidat des républicains, les sondages actuels semblent indiquer la victoire d’un candidat de la droite traditionnelle, en particulier si celle-ci était représentée par Alain Juppé. Une ville comme Boulogne-Billancourt voterait massivement pour un tel candidat. Cependant, l’absence d’un candidat de gauche d’envergure nationale pourrait ne pas conduire à une réédition du vote tactique observé lors des élections régionales de 2015 ou des élections présidentielles de 2002 : en effet, de nombreux électeurs de villes comme Boulogne-sur-Mer pourraient tout simplement rester à la maison – ou être tentés de donner à l’extrême droite une chance d’accéder au pouvoir.

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.