Gil Rémillard

À Baie-Saint-Paul, il était bien compris que s’il y avait un moment où il ne fallait pas mourir, c’était bien pendant le « joyeux temps des Fêtes ». Pourtant, c’est un 26 décembre, au matin, que monsieur Gagnon est décédé en coupant du petit bois d’allumage dans sa remise, au lendemain d’un beau Noël en famille.
Le rapatriement de la constitution de 1982
Ce 3 septembre, nous partions en France pour y compléter nos études en sociologie (pour Marie DuPont) et en droit – sciences politiques (pour moi-même). Le gouvernement français nous avait accordé des bourses. Ces deux années ont profondément marqué notre vie. Nous avons été accueillis avec chaleur et amitié.
Dans ce dernier numéro de 2012, forces veut rendre hommage à trois personnalités qui ont marqué l’actualité québécoise d’une façon toute spéciale.
La réunion du G20 à Mexico les 18 et 19 juin prochains sera la plus déterminante de sa courte existence. Il faudra, après la récente (et décevante) réunion du G8, qu’il s’en dégage un « leadership » susceptible de tirer l’Europe de cette crise économique qui contribue à mettre en difficulté l’économie mondiale.
2011 a été parmi les 10 années les plus chaudes depuis que l’on a commencé à compiler les données climatiques en 1865. Et elle n’est pas terminée…! Il en est de même, tant sur le plan politique qu’économique.
En ce mois de mai 1989, le Bâtonnier du Québec m’avait invité, à titre de ministre de la Justice, à venir présenter à l’assemblée générale annuelle du Barreau mon projet de rédiger un nouveau Code civil plus conforme aux réalités et aux besoins du Québec contemporain.
Le dernier budget fédéral exprime bien la prudence qui s'impose face aux inquiétudes que nous pouvons éprouver à l'égard du ralentissement économique international. Depuis la crise financière de l'été dernier, il est difficile d'avoir une idée juste de ce qui se passe et de ce qui pourrait se produire.
2008 sera une année clé de la grande transition dans laquelle le monde s’est engagé.
Gil Rémillard fut ministre des Relations internationales dans le gouvernement de Robert Bourassa de 1985 à 1988. Il dévoile ici pour la première fois les dessous du premier Sommet de la Francophonie, en 1986, qui a jeté les bases de la reconnaissance de la nation québécoise.

Pages