Canada

Le Droit Avant la Justice?

Vous me pardonnerez d’utiliser un vieux cliché pour vous présenter À qui profite le crime ? du réalisateur et journaliste Daniel Creusot. Mais rien ne qualifie mieux cet ouvrage singulier que « La réalité dépasse la fiction». Je pourrais aussi ajouter : « Cet essai se lit comme un roman ».

Vous me pardonnerez d’utiliser un vieux cliché pour vous présenter À qui profite le crime ? du réalisateur et journaliste Daniel Creusot. Mais rien ne qualifie mieux cet ouvrage singulier que « La réalité dépasse la fiction». Je pourrais aussi ajouter : « Cet essai se lit comme un roman ».

Même si l’on connaît le dénouement avant même d’ouvrir le livre, si vous aimez les polars, vous allez dévorer À qui profite le crime ? L’ouvrage relate deux enquêtes internationales qu’a menées le célèbre sergent Mark Bourque de la GRC au cours des années 1970 et 1980. Deux incroyables sagas policières : trafic de stupéfiants, blanchiment d’argent, et même un -complot visant à assassiner le président du Liban de l’épo-que, Elias Sarkis.

Le livre, introduit par André Cédilot, fait le récit des aventures rocambolesques de Mark Bourque durant l’enquête sur la filière libanaise qui fournissait l’Amérique du Nord en haschisch via Montréal, ainsi que de l’enquête Pèlerin sur le trafic d’héroïne et le blanchiment de dizaines de millions de dollars. Cette enquête entraînera la chute du parrain à la tête d’une famille mafieuse américaine d’envergure surnommée « les Rothschild de la Mafia ».

À qui profite le crime ? comporte notamment des anecdotes savoureuses sur le blanchiment d’argent, que nous vous laissons découvrir.

Malheureusement, ces deux enquêtes, parmi les plus coûteuses jamais entreprises par la GRC, se sont terminées en queue de poisson. La première prit fin à cause d’une décision du controversé juge Jean-Guy Boislard, qui, sous prétexte d’un très discutable vice de procédure, fit avorter le procès du trafiquant libanais, plaçant le droit avant la justice. Quant à la seconde, des motifs financiers y auraient mis fin, croyait Bourque, aujourd'hui décédé.

Mark Bourque était connu pour son franc-parler, qui lui joua un sale tour. En 1989, il se fit taper sur les doigts pour avoir répondu à une journaliste qui l’interrogeait sur les causes principales de la grande criminalité : « Les avocats de la défense et le système bancaire ».

Malgré son expertise en matière de crime organisé et de recyclage des profits de la criminalité, cette imprudence lui valut d’être muté hors de l’Unité des produits de la criminalité, qu’il avait pourtant créée et où il avait brillé durant toutes ces années. Il se retrouva à la Section des douanes et accises.

En 1995, il fut nommé à la Section de la protection des personnes de marque. Il prit sa retraite de la GRC en 2003. En 2005, il accepta une mission risquée de l’ONU en Haïti, où, en périphérie de Cité Soleil, la zone la plus dangereuse de Port-au-Prince, il fut abattu au volant de son véhicule par des bandits.

La fin de Mark Bourque est à l’image de sa carrière : autant son parcours professionnel a été parsemé de succès – sa réputation dépasse nos frontières –, autant une chaîne d’événements incontrôlables est venue mettre un terme à ses efforts herculéens pour faire condamner les criminels.

En dépit de tout, il a néanmoins réussi à démanteler la plus importante filière de drogue depuis la French Connection.

Mark Bourque n’aimait pas beaucoup la Charte des droits et libertés. Il se plaisait à citer ses collègues policiers : « Avant la Charte des droits et liberté, aucun citoyen ne se plaignait de sa non-existence. Depuis la Charte, aucun criminel ne se plaint de son existence ».

La réponse à la question posée par le titre du livre réside dans cette boutade.

À qui profite le crime ?, de Daniel Creusot, 2015, Les Éditions de l’Homme.

Lire davantage sur ces sujets

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.