Énergie

Énergie: Dix enjeux d’aujourd’hui et de demain

par Karl Rettino-Parazelli

1. Pétroles et gaz de schiste : le retour d’ascenseur

Après une extraordinaire ascension, les entreprises américaines qui se sont lancées dans l’exploitation du pétrole de schiste plongent au même rythme que les cours de l’or noir. Depuis la dégringolade amorcée en juin 2014, cette activité hautement profitable est devenue non viable pour des dizaines d’entreprises, qui ont déclaré faillite en 2015 – ce qui pourrait, d’ici environ un an, être le cas du tiers des compagnies américaines du secteur du pétrole et du gaz, à moins d’une restructuration. Les autres se montrent pour l’instant résilientes, dans l’attente d’une remontée des prix.

2. La voiture électrique pour tous

Les véhicules électriques s’installent tranquillement au Québec, le gouvernement provincial offrant des rabais à l’achat (jusqu’à 8 000 dollars). Avec un peu plus de 11 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables sur les routes en date du 31 août, on est encore loin de l’objectif de 100 000 fixé pour 2020, mais l’optimisme est permis, car dès l’an prochain, au moins deux modèles devraient résoudre le principal inconvénient de la voiture électrique en offrant une autonomie de plus de 300 km : la Chevrolet Bolt et la Model 3 de Tesla, toutes deux offertes pour environ 45 000 dollars.

3.  Énergie solaire : les limites d’une avenue prometteuse

L’énergie solaire photovoltaïque est l’une des énergies renouvelables qui connaît la plus forte croissance sur la planète (35 % en 2014), selon les données de l’Agence internationale de l’énergie, même si son poids mondial demeure marginal. Des initiatives d’envergure, notamment en Afrique et en Inde, annoncent pour cette filière un bel avenir, mais les coûts pharaoniques et les contraintes liées aux projets mis en œuvre dans l’aride désert du Sahara soulèvent d’évidentes questions de rentabilité.

4. La guerre des pipelines

Énergie Est, Trans Mountain, Northern Gateway, Keystone XL : les projets de pipelines se multiplient en Amérique du Nord, se butant à tout coup à l’opposition des environnementalistes qui dénoncent la consommation effrénée de combustibles fossiles, mais aussi de plusieurs citoyens préoccupés surtout des enjeux sécuritaires. Le débat concerne d’abord et avant tout l’exploitation du pétrole des sables bitumineux, que le gouvernement albertain souhaite acheminer vers des ports pour l’exporter autour du monde. L’enjeu des changements climatiques rend cruciales les décisions à venir.

5. Hyperloop : du rêve à la réalité

Voyager à plus de 1 000 km/h en capsule propulsée dans un tube sous vide, c’est possible ? Pas encore, mais si on se fie aux avancées du projet Hyperloop, ça ne saurait tarder. Trois ans après son lancement en grande pompe par le grand patron de Tesla, Elon Musk, ce système de transport de personnes par propulsion électromagnétique a franchi une étape importante en mai dernier : l’engin a réussi un premier test dans le désert du Nevada, atteignant une vitesse de plus de 600 km/h. Science-fiction ? Pas pour les instigateurs, qui visent une commercialisation à l’horizon 2020-2021.

6. Tirer profit des déchets

Le Québec est reconnu pour son hydroélectricité, mais aussi de plus en plus pour son secteur de la biométhanisation, qui permet de produire de l’énergie à partir de déchets. Saint-Hyacinthe est la première ville en Amérique du Nord à avoir produit du gaz naturel à partir de matières organiques et à l’avoir utilisé pour répondre à ses besoins énergétiques. Et partout au Québec, quelques dizaines d’entreprises actives dans la filière de la biomasse mettent à profit les matières organiques, mais surtout les résidus forestiers, pour produire de l’électricité ou de la chaleur.

7. À chacun son énergie

Elon Musk, le patron de Tesla (encore lui), propulse une autre idée qui germe rapidement : permettre à monsieur-madame-tout-le-monde de produire sa propre électricité grâce à des panneaux solaires (conçus par SolarCity), de l’emmagasiner dans une batterie (de marque PowerWall, un produit de Tesla) et de revendre les surplus sur le réseau. Selon le secrétaire général du Conseil mondial de l’énergie, Christoph Frei, il s’agit là d’une « tendance émergente » à travers la planète, à laquelle s’ajoutent les populations situées en régions éloignées, qui peuvent désormais avoir accès à l’électricité grâce à un système individuel de production d’énergie.

8. Des barrages plus grands que nature

Classement des cinq barrages hydroélectriques les plus puissants au monde

1 – Barrage des Trois-Gorges (Chine) : capacité de 22 500 MW 

2 – Barrage d’Itaipu (Brésil et Paraguay) : 14 000 MW

3 – Barrage de Xiluodu (Chine) : 13 860 MW

4 – Barrage de Guri (Venezuela) : 10 200 MW.

5 – Barrage de Tucuruí (Brésil) : 8 370 MW.

9. Hydroliennes : trop beau pour être vrai ?

L’hydrolienne, technologie dont on croyait le potentiel immense, tarde à remplir ses promesses. Cette structure sous-marine activée par le courant permet de produire de l’énergie de manière plus constante que sa cousine terrestre, l’éolienne, mais présente plusieurs inconvénients, notamment un entretien difficile et des zones de turbulences qui peuvent toucher la faune et la flore. Les années 2000 ont vu la réalisation de projets notamment en France et en Grande-Bretagne ; au Québec, une hydrolienne immergée dans le fleuve Saint-Laurent a injecté de l’électricité dans le réseau d’Hydro-Québec entre 2010 et 2013.

10. Découplage tant attendu

Les leaders de la lutte contre les changements climatiques attendaient cela depuis des années : en 2014 et 2015, pour la première fois depuis 40 ans, les émissions de gaz à effet de serre ont stagné tandis que le PIB mondial poursuivait sa croissance. C’est ce qu’on appelle le « découplage » entre la croissance économique et les émissions de GES. Pour le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, « ceci marque un nouveau souffle dans la lutte contre les changements climatiques ». Mais pour les groupes environnementaux, il ne s’agit que d’un premier pas.

Partagez cet article




commentaires

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.