Culture

« Notre objectif est de faire de D-Box un standard international comme Dolby, qui fournit le son ambiant à tous les films. » Tel est le défi redoutable que s’est fixé Claude McMaster, président et chef de la direction d’une entreprise de Longueuil qui s’est donné pour mission de faire bouger le monde du cinéma. 
Pour le monde du théâtre, l'automne risque d'être chaud. Le milieu au grand complet se réunira en octobre pour une rencontre que l'on peut qualifier d'historique. Depuis les premiers états généraux, vingt-six ans se seront écoulés. Une trop longue attente, chuchote-t-on côté jardin et côté cour. Les fonctionnaires ministériels auront du pain sur la planche : on parlera financement, renouvellement du public, mais aussi de la situation souvent précaire des artisans. FORCES a cherché ce qui se cache derrière le rideau de scène.
Depuis 23 ans, loin des caméras, des estrades et des micros, le pianiste Alain Lefèvre s’attache à sensibiliser les oreilles des enfants à la musique classique, en visitant bénévolement des écoles partout dans le monde. Pour la première fois, en exclusivité pour Forces, Alain Lefèvre a accepté de partager cette expérience avec un journaliste. Son engagement viscéral pour la cause de l’éducation et de l’ouverture à l’art est passionnel. Et pour cause : « C’est ce qui est le plus sacré pour moi, c’est la mission dont mon père m’a chargé, personne ne peut y toucher », confie le pianiste…
  Internet a développé une culture de la publication personnelle et coopérative. Du blogue à la l’encyclopédie libre, la Toile transporte courrier, appels téléphoniques, journaux, radio, télévision et cinéma. Elle transforme l’économie mondiale. Mais qui s’y soucie encore d’éthique ? Et comment éviter que tout cela ne dérape ? 
Après s’être glissé dans la peau d’Elvis durant 1 398 représentations toujours chaleureusement accueillies par le public et la critique depuis 1995, Martin Fontaine s’offrira un dernier tour de piste avant de ranger le personnage : il ne veut pas finir ses jours comme le King… Son objectif est de trouver sa place dans le circuit du showbiz international.
« Je pense que la nouvelle économie, c’est nous ! » lance un jour Monique Savoie dans un cabinet ministériel. Cette brève anecdote, suivi d’un rire, illustre la vision et la mission de l’organisme qu’elle dirige, la Société des Arts Technologiques (SAT), qui fête cette année ses dix années d’existence.
À vingt-huit ans, le chef d’orchestre Jean-Philippe Tremblay est un éloquent ambassadeur de la musique au Québec. Moins flamboyant et présent dans les médias que son aîné Yannick Nézet-Seguin, il accomplit son parcours artistique avec discrétion, sobriété et assurance, dirigeant les grands orchestres de Londres et se préparant à une tournée en Chine.
  Clic ! La photo est prise,  s’affiche, s’agrandit, s’échange.  On peut en prendre cinq cents,  en conserver dix, retoucher,  recommencer…

Pages