Michel Nadeau

Le 31 mars 2010, un groupe de travail dépose un rapport, une métropole à la hauteur de nos aspirations, sur les enjeux en matière de gouvernance et de fiscalité à Montréal. Cette étude, commandée par la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain, est présentée dans un climat de morosité et de méfiance, où flotte le parfum du désenchantement des citoyens de la métropole.
« Nous sommes partis de loin pour bâtir l’économie québécoise d’aujourd’hui. Il nous faut continuer d’évoluer en plongeant dans l’économie du XXIe siècle, sans essayer de ressusciter des chevaux morts du siècle dernier. » Entrevue avec Jacques Daoust, président-directeur général d’Investissement Québec.
Entrevue avec Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Quebecor Il a raté Quebecor World. Il a fait un grand succès de Quebecor et de Vidéotron. Maintenant, il veut vous vendre un cellulaire pour que vous puissiez y regarder jouer le Canadien.
Rue Sainte-Catherine, à quelques centaines de mètres de l’ancien Forum, l’enseigne d’Astral Media se fond parmi celles des autres commerces. Rien n’indique aux passants la présence de l’une des plus grandes entreprises de médias au Canada.
Entrevue avec le président du conseil de Bombardier Par une série de décisions courageuses, Laurent Beaudoin a transformé un fabricant de motoneiges en une entreprise d’envergure planétaire de 65 000 travailleurs active dans les marchés prometteurs du transport aérien et ferroviaire.
Le président de la Banque de Développement du Canada est le seul banquier qui croie encore au capital de risque pour les PME.   Jean-René Halde poursuit son rôle discret mais efficace de banquier complémentaire des PME québécoises et canadiennes. Loin des feux de la rampe, il cherche à développer un modèle de rentabilité dans le capital de risque mais aussi à secouer les entrepreneurs d’ici pour qu’ils accèdent aux ligues majeures dans le grand match de la mondialisation de l’économie. Les prochains mois lui amèneront du pain sur la planche…  
2008 est une année charnière pour l’économie du Québec et pour les relations Canada-Europe. Octobre en sera un temps fort, avec comme point culminant le Sommet Canada-Europe qui devrait, espère-t-on, coïncider avec le lancement des négociations visant un accord commercial transatlantique élargi. Un vaste chantier s’il en est, où « tout devra être mis sur la table  », prévient l’ambassadeur de l’Union européenne, Dorian Prince. Un chantier qui fait appel à l’adhésion de l’ensemble des provinces et qui constitue, pour le Québec, le cœur du défi pour l’emploi lancé par Jean Charest. Pour relever ce pari, le premier ministre du Québec souhaite que la province se dote d’un nouvel espace économique élargi, aux multiples horizons. La conclusion d’un accord de libre-échange moderne avec l’Europe devient, ici, l’une des cinq voies qu’entend emprunter Jean Charest. Les grands axes prioritaires comprennent aussi bien la négociation d’un nouvel accord sur le commerce avec l’Ontario que la conclusion d’une entente France-Québec sur la reconnaissance des compétences et des acquis, qui devrait tenir lieu de modèle. S’ajoutent au calendrier la négociation d’une entente pancanadienne sur la mobilité de la main-d’œuvre et un pacte pour l’emploi regroupant gouvernement, entreprises et syndicats autour d’enjeux qui touchent les assistés sociaux, les immigrants et la formation. Sans oublier, enfin, la mise en valeur du potentiel économique du Grand Nord québécois.  
Monique Leroux prend les commandes de Desjardins. Pourra-t-elle les garder jusqu’en 2016 ?   Entrevue avec Monique Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins En ce lundi matin du 17 mars 2008, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête au quartier général montréalais du Mouvement Desjardins, situés au 40 e étage de la Tour Sud du Complexe Desjardins. Le collège électoral des 256 délégués vient de décider de ne pas confier les rênes du Mouvement aux grandes pointures de l’interne que sont Bertrand Laferrière, président et chef de l’exploitation de la Fédération, et Jean-Guy Langelier, président et chef de l’exploitation de la Caisse centrale Desjardins.  
Ce vendredi 1er juin 2007, un bel été s'annonçait pour le nouveau président et chef de la direction de la Banque Nationale. À 45 ans seulement, Louis Vachon occupait depuis le matin le bureau du grand patron de la « première banque au Québec ». Son premier défi était de boucler l'année avec des bénéfices supérieurs à 900 millions de dollars.
En 1976, notre collaborateur Michel Nadeau signait dans FORCES un article intitulé : Montréal, place financière internationale. Trente ans plus tard, nous avons demandé à Michel Nadeau, qui a passé la plus grande partie de cette période dans des postes de direction à la Caisse de dépôt, de réexaminer l’activité financière de Montréal et de décrire les progrès réalisés, les objectifs non atteints et les défis des grandes institutions financières québécoises.

Pages