Gérard Bérubé

Il semble que le gaz naturel soit appelé à demeurer la source d’énergie majeure de ce siècle et du suivant. Et que, dans un après-pétrole avec moins de nucléaire, cette énergie fossile occupera une place dominante dans l’offre énergétique mondiale, en complémentarité avec les énergies renouvelables.
Prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz voit noir
Le cri d'alarme de l'ex-président de la Commission Européenne. Jacques Delors : l'euro et l'Europe au bord du gouffre
Résilient lors de la Grande Récession de 2008-2009, le Canada est le premier pays industrialisé à frapper à la porte d’une nouvelle récession. 
À une rhétorique politique qui fragmente une zone euro aujourd’hui polarisée par la crise financière et ses conséquences sur la dette souveraine, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, oppose une vision résolument européenne.
Le Québec est en panne de moteurs économiques. Avec ses entreprises sous-représentées à la cote des Bourses canadiennes, la société québécoise risque de souffrir d’un déficit chronique de croissance et de création d’emplois par manque de capital à une période charnière de son histoire, tandis qu’elle doit relever les défis du vieillissement démographique et du rééquilibrage des finances publiques. Telles sont les conclusions d’un rapport conjoint présenté par Fraser Milner Casgrain et la firme PricewaterhouseCoopers.
« Il faut faire en sorte que les médecins omnipraticiens et les spécialistes soient payés de façon concurrentielle par rapport au reste du Canada. En ce qui concerne les omnipraticiens, le problème [de leur rémunération] réside dans le fait qu’ils "produisent" moins que les spécialistes parce qu’ils voient moins de patients.
Martin Wolf, chroniqueur vedette du Financial Times, nous parle de cette crise qui a plongé les pays industrialisés dans une décennie anémique et qui, contrairement aux grands chocs économiques précédents, a au moins ceci de réconfortant qu’elle n’attise pas un esprit de conquête guerrière. Le rédacteur associé et commentateur économique en chef de l’influent quotidien britannique nous annonce que le grand bouleversement mondial en cours, encore au stade préliminaire, est appelé à redessiner la cartographie des pouvoirs. Comment l’Occident,  particulièrement affaibli, effectuera-t-il ce passage ? « Si l’on regarde simplement la manière dont l’enjeu des changements climatiques est abordé, il n’y a pas lieu d’être optimiste », déplore Martin Wolf.
John Major aborde la récente campagne électorale. Il parle aussi de ces forces conservatrices toujours bien vivantes, de la crise financière, qu’il ne faudrait pas attribuer selon lui à une déréglementation débridée, et des turbulences prévisibles qui balaient actuellement l’eurozone.  
Le gouverneur de la Banque de France parle de cette crise financière et de ses répercussions inégales d’un pays à l’autre. La zone euro a su répondre efficacement à ce premier grand test ; Christian Noyer évoque une coordination sans précédent, une action concertée impliquant 16 pays de l’eurozone et 27 de l’Union européenne. De quoi faire pâlir d’envie les États-Unis, où la polarisation du Congrès rend toute intervention difficile. 

Pages