Éric Desrosiers

Réussissant, tant bien que mal, à maintenir le délicat équilibre de ses finances publiques en dépit d’un État plus présent que dans les autres provinces, le Québec est toutefois confronté aujourd’hui au défi colossal d’un vieillissement de sa population bien plus important et rapide qu’ailleurs. Signe de l’ampleur du défi, le gouvernement Marois a présenté en février un budget marqué du sceau de la retenue, voire de l’austérité, en dépit d’un climat fortement préélectoral.
Au moment où l’armée américaine se retire de l’Afghanistan comme elle l’avait fait de l’Irak, l’ancien vice-président des État-Unis a un message clair à communiquer : la menace terroriste est plus dangereuse que jamais. Nous devons, avec nos alliés, nous serrer les coudes et retrouver la détermination pour détruire les armes de destruction massive et enrayer le terrorisme. Dick Cheney est-il le « diable », comme certains aiment le qualifier, ou le « visionnaire lucide » qui, comme vient de le faire la revue The Economist récemment, nous lance un cri d’alarme que l’on ne peut ignorer après les attentats de Boston et de Nairobi ?
La nouvelle est tombée ce printemps, sous la forme d’un commu-niqué de sept phrases émis discrètement un soir de match des Canadiens, durant les séries de la Coupe Stanley. L’entreprise américaine Old Dutch y annonçait la fermeture prochaine de son usine montréalaise de croustilles, entraînant la perte de 216 emplois.
Spécialité québécoise, le mouvement coopératif se révèle l’une des meilleures armes contre les dérives de la financiarisation de l’économie, particulièrement dans un secteur aussi névralgique que l’agriculture, affirme le chef de la direction de la Coop fédérée, Claude Lafleur.
La découverte et l’exploitation du gaz et de l’huile de schiste, notamment aux États-Unis, sont en train de bouleverser l’ordre énergétique mondial. Cette révolution ne manquera pas d’avoir une multitude de répercussions, entre autres en matière géostratégique et environnementale, particulièrement sur les voisins et principaux exportateurs d’énergie du marché américain : le Canada et le Québec.
Créée il y a presque 30 ans comme simple outil promotionnel du transporteur Air Canada, la montréalaise Aimia (anciennement Aéroplan) est devenue chef de fil mondial dans le nouvel art de gagner le cœur des consommateurs.
S’il se montre relativement optimiste devant les perspectives à long terme de l’économie américaine, la montée des puissances émergentes ou encore les chances de voir tomber de nouvelles barrières commerciales entre les nations, James Baker estime que les politiciens de son pays doivent d’urgence réapprendre à travailler de concert. Par-dessus tout, celui qui est aujourd’hui conseiller en matière de politique étrangère du candidat républicain Mitt Romney nous met en garde contre cette véritable bombe à retardement qu’est la dette publique.
Le Canada est loin de déployer assez d’efforts pour profiter de l’extraordinaire ascension économique de l’Asie, déplore le grand patron de McKinsey & Company, Dominic Barton. Il serait pourtant très bien placé pour le faire.
Les entreprises canadiennes accusent toujours le coup de la morosité des marchés mondiaux, constate Stephen Poloz, président d’Exportation et développement Canada (EDC). La plupart d’entre elles ne perdent toutefois pas de vue que leur avenir dépendra de leur capacité à tirer parti de la mondialisation et maintiennent, malgré tout, leurs efforts pour bâtir des ponts vers l’étranger.

Pages