Guy Fournier

Commissaire-priseur
J’arrive au restaurant Julien, avec quelques minutes de retard. Louise St-Pierre a déjà choisi une table et converse avec notre photographe. C’est que la toute nouvelle PDG de Cogeco Câble Canada est d’une affabilité et d’une sollicitude qui ne laissent pas soupçonner l’importance de son poste.
Vous êtes adolescent, vous adorez les sciences, vous êtes curieux, travailleur et résilient ? Vous avez tout ce qu’il faut pour devenir chercheur. Vos études seront longues, intenses, et vous devrez en effectuer une partie à l’étranger en comptant sur des bourses modestes.
Si elle n’avait pas vécu au Cameroun pendant que la crise religieuse de la fin des années 1960 achevait de décimer le clergé québécois, aurait-elle succombé à la tentation de jeter son voile aux orties ? Elle ne veut jurer de rien, même si ses yeux gris bleu s’assombrissent une fraction de seconde à l’évocation de cette période troublée.
Avec les tourmentes politiques que nous traversons, il est agréable de rencontrer un ministre qui a l’assurance tranquille d’un capitaine convaincu que son paquebot tient le cap, même au cœur de la tempête ! Car c’est bien un énorme paquebot que pilote le docteur Yves Bolduc, ministre de la Santé dans le cabinet Charest depuis le 25 juin 2008. Quand il braque sa lunette sur l’avenir, loin de voir s’amonceler des nuages annonciateurs de catastrophes, le ministre entrevoit plutôt de belles éclaircies, autant pour son ministère que pour ses concitoyens, une population vieillissante en demande croissante de soins.
Diane Lemieux n'a ni griffes acérées ni incisives menaçantes, mais une solide poignée de main et le sourire généreux. Seules caractéristiques qui pourraient justifier son surnom de « lionne » : ses yeux vifs, toujours à l'affût, et sa chevelure abondante, un brin désordonnée en ce jour neigeux où nous prenons le lunch au Petit Extra, rue Ontario, à Montréal.
À chaque livraison, je vous convie à un lunch auquel j’ai invité une personnalité, mais en cette presque fin d’année, il m’a semblé qu’il fallait vous faire saliver et humer les odeurs irrésistibles d’un réveillon hors du commun. Nous allons donc nous transporter chez les Rouyé, propriétaires du restaurant La Porte, afin de découvrir ce qu’ils mettront sur leur table le soir de la Saint-Sylvestre. Cerise sur le gâteau, la plupart des plats qui composent ce dîner festif se retrouvent au menu de leur restaurant.
Partager un repas avec Claude Chamberlan, l’âme du Festival du nouveau cinéma (FNC), événement qui fait courir les cinéphiles québécois depuis 40 ans, constitue un plaisir et une détente.
Pendant le repas, ses doigts sont toujours en mouvement, que ce soit pour pianoter sur la table, composer un numéro de téléphone sur son portable, jouer avec son couvert ou caresser un komboloï, ce drôle de chapelet que les Grecs ont inventé pour se détendre.

Pages