International

Le Port de Montréal se porte bien, en dépit de nombreux défis et du peu d’intérêt qu’on lui porte généralement au Québec, estiment les experts. Aux portes de l’Amérique du Nord et en plein cours du Saint-Laurent, il est bien positionné pour tirer profit de ce nouvel accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.
J’avais toujours voulu aller en poste en Égypte, pays que ma famille et moi avions visité au milieu des années 1990.
Selon certains, Coinneach Odhar, également connu sous le nom de The Brahan Seer, une sorte de « Nostradamus écossais » du début du 17e siècle, aurait prédit que le jour où des hommes passeraient sous la mer dans des voitures sans attelage pour se rendre en France, l’Écosse connaîtrait un nouveau départ, libérée de toute oppression.
La Fondation Asie Pacifique du Canada, un centre de recherche indépendant situé à Vancouver, mène depuis plusieurs années un sondage d’opinion national dont l’objectif est de mesurer l’évolution des perceptions des Canadiens face à la région asiatique. Les résultats de ces sondages révèlent des différences de perceptions selon les provinces. La perception des Québécois est fort révélatrice tant à l’égard de ce qui nous distingue que des attitudes que nous partageons avec les Canadiens d’autres régions du pays.
Depuis le début du XXIe siècle, l’Afrique connaît une croissance exceptionnelle, un taux annuel moyen de 5,1%. Un taux qui fait l’envie des pays occidentaux encore grevés par la crise financière de 2008 et qui fait mentir tous ceux qui, il n’y a pas si longtemps, désespéraient de voir ce continent sortir de la misère. Cette résurgence de l’Afrique, qui s’appuie sur l’exploitation de ses abondantes ressources naturelles, est menée par une nouvelle génération de dirigeants résolus à prendre en main leur destin.
Annoncée en juillet dernier, la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec a tenu des consultations publiques du 4 septembre au 11 octobre dernier. Présidée par Roger Lanoue et Normand Mousseau, cette commission itinérante a voulu connaître les attentes des Québécois face aux nouveaux défis auxquels fait face ce secteur en pleine évolution.
Au moment où l’armée américaine se retire de l’Afghanistan comme elle l’avait fait de l’Irak, l’ancien vice-président des État-Unis a un message clair à communiquer : la menace terroriste est plus dangereuse que jamais. Nous devons, avec nos alliés, nous serrer les coudes et retrouver la détermination pour détruire les armes de destruction massive et enrayer le terrorisme. Dick Cheney est-il le « diable », comme certains aiment le qualifier, ou le « visionnaire lucide » qui, comme vient de le faire la revue The Economist récemment, nous lance un cri d’alarme que l’on ne peut ignorer après les attentats de Boston et de Nairobi ?
La nouvelle est tombée ce printemps, sous la forme d’un commu-niqué de sept phrases émis discrètement un soir de match des Canadiens, durant les séries de la Coupe Stanley. L’entreprise américaine Old Dutch y annonçait la fermeture prochaine de son usine montréalaise de croustilles, entraînant la perte de 216 emplois.
Qu’ont en commun Sean Connery, Johnny Halliday, Tiger Woods et Mitt Romney ? Mise à part la célébrité, tous possèdent un compte en banque dans un paradis fiscal. Et ils ne sont pas les seuls ! La célébrité est en effet beaucoup moins répandue que les comptes offshore ! Des dizaines de milliers de particuliers en possèdent, selon le Consortium international des Journalistes (1). L’ampleur du phénomène n’a pas échappé non plus au Comité permanent des Finances de la Chambre des communes, qui a déposé son rapport sur les paradis fiscaux en mai dernier. Pas plus qu’aux ministres des Finances des pays du G20, qui en discuteront lors de leur rencontre de juillet prochain à Moscou. Les paradis fiscaux sont la peste du XXIe siècle. Comme dans la fable de Jean de La Fontaine, aucun pays n’y échappe et « Ils n’en meurent pas tous, mais tous sont atteints ! »

Pages