Québec

Comment ai-je survécu jusqu’à ce jour à un cancer dit « terminal » ? Grâce à l’espoir, cet « état d’attente confiante » (Larousse).
À l’approche des Fêtes, FORCES a demandé au président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Gaétan Barrette, de nous faire un bilan annuel. Avec sa verve habituelle, il nous livre le fond de sa pensée sur l’euthanasie, la lutte contre le cancer, la grippe A-H1N1 et les patients qui fouillent le Web en quête de solutions à leurs ennuis de santé… 
Aide au décrochage, soutien aux mères monoparentales, accompagnement des malades en phase terminale… Les Chevaliers de Colomb du Québec œuvrent toujours à sauver la veuve et l’orphelin. À leur façon.
Sa mémoire des visages et des noms, y compris ceux des enfants, me laisse bouche bée. De quoi assurer sa réélection pour des siècles et des siècles ! Le Duplessis dont j’ai gardé l’image a déjà 66 ans. À hauteur de l’œil, le nez est barré d’une ride profonde, et deux sillons  s’allongent comme un « v » inversé jusque sous le menton. Sous ses cheveux gris clairsemés, d’épais sourcils en broussaille chevauchent de petits yeux brillants. Il s’esclaffe parfois de bon cœur, mais le plus souvent, ce n’est qu’un rictus moqueur qui se dessine sur ses lèvres minces. Quand il fume, c’est le cigare, qui a fini par jaunir l’index et le majeur de sa main droite. 
Au cours des derniers mois, les nouvelles ont été particulièrement dramatiques.
Jean Pelletier. Ses homonymes sont nombreux… mais c’est tout de suite à lui qu’on pense en voyant ce nom. Jean Pelletier, ancien maire de Québec, la ville quatre fois centenaire dont il a porté le cœur historique au Patrimoine mondial de l’Unesco. Jean Pelletier, directeur de cabinet de Jean Chrétien, quand celui-ci était premier ministre du Canada et même avant, lorsqu’il dirigeait l’opposition. Sans oublier la présidence de Via Rail et son départ, pour le moins abrupt.  
Dans les années 1990, Jordy chantait déjà « Dur, dur, d'être un bébé ».  Avec le recul, le petit chanteur avait raison : dans le monde adulte, tout va vite, et les enfants ne sont pas épargnés. Les parents sont prêts à tout pour préparer leur progéniture à un avenir meilleur. « Tu seras médecin, mon fils, tu seras avocate, ma fille.» Mais à quel prix ?  
Il fut un temps où l'on disait : « Quand les États-Unis éternuent, l'Ontario tousse, et le Québec a une pneumonie ». Sans aller jusqu'à l'immunité complète, les choses sont aujourd'hui à la fois moins simples et moins angoissantes ; les disparités entre le Québec et l'Ontario n'ont plus la même envergure.
  Comment gouverner à notre époque alors que les gouvernements assument, directement et indirectement, de vastes responsabilités et sont imputables de leurs décisions ainsi que de celles prises en leur nom ?
  Considéré comme turbulent à la garderie, Gabriel a six ans lorsque tombe le diagnostic de déficit d’attention avec hyperactivité. Pour lui comme pour bien d’autres avant lui, le passage au milieu scolaire aura marqué un point de rupture et le début de la médication. Environ 5 % des enfants québécois de six à 12 ans présentent le même problème. Certains s’en sortent mieux que d’autres. Portrait d’un phénomène encore méconnu.
  Difficile de ne pas s’interroger sur les médias, par les temps qui courent. Depuis quelques années, en fait. Si je me risquais à mettre une date sur ce que j’appelle la « dérive médiatique », j’en fixerais le début à l’arrivée de l’information continue à la télévision. 

Pages