Économie

L’industrie québécoise de la publicité a passé les quarante premières années de son histoire à se battre pour imposer et consolider sa présence au Québec. La mondialisation, les nouvelles technologies de communication et l’évolution rapide des consommateurs l’obligent aujourd’hui à se remettre en question et à se démarquer de nouveau afin de se tailler, cette fois, une place sur la scène mondiale.  
Récession ? Crise financière ? Crise économique ? Crise systémique ? En prospective, il faut chercher les faits porteurs d’avenir précurseurs de tendances.
Elle monte et descend, mais contrairement à la vraie marée, son mouvement n’est pas immuable. Il est conditionné par diverses turbulences qui marquent la vie économique et dont certaines prennent l’ampleur de véritables tsunamis… Quand cela arrive, la tension monte et, quelle que soit la tendance idéologique, on se tourne alors vers l’État régulateur, dont l’action est souvent honnie et dénoncée par temps calme, mais réclamée durant les orages.  
2008 est une année charnière pour l’économie du Québec et pour les relations Canada-Europe. Octobre en sera un temps fort, avec comme point culminant le Sommet Canada-Europe qui devrait, espère-t-on, coïncider avec le lancement des négociations visant un accord commercial transatlantique élargi. Un vaste chantier s’il en est, où « tout devra être mis sur la table  », prévient l’ambassadeur de l’Union européenne, Dorian Prince. Un chantier qui fait appel à l’adhésion de l’ensemble des provinces et qui constitue, pour le Québec, le cœur du défi pour l’emploi lancé par Jean Charest. Pour relever ce pari, le premier ministre du Québec souhaite que la province se dote d’un nouvel espace économique élargi, aux multiples horizons. La conclusion d’un accord de libre-échange moderne avec l’Europe devient, ici, l’une des cinq voies qu’entend emprunter Jean Charest. Les grands axes prioritaires comprennent aussi bien la négociation d’un nouvel accord sur le commerce avec l’Ontario que la conclusion d’une entente France-Québec sur la reconnaissance des compétences et des acquis, qui devrait tenir lieu de modèle. S’ajoutent au calendrier la négociation d’une entente pancanadienne sur la mobilité de la main-d’œuvre et un pacte pour l’emploi regroupant gouvernement, entreprises et syndicats autour d’enjeux qui touchent les assistés sociaux, les immigrants et la formation. Sans oublier, enfin, la mise en valeur du potentiel économique du Grand Nord québécois.  
Réveil d’un vieux démon que certains économistes croyaient à jamais disparu À quoi peut bien servir un gouverneur de la Banque de France ? La question se pose, évidemment, depuis la disparition du franc et la création de l’euro, en 1999. Pourtant, cette vénérable institution, créée en 1800 par Napoléon, est bien vivante, et son gouverneur, Christian Noyer, occupe toujours l’ancien hôtel particulier du comte de Toulouse, Louis Alexandre de Bourbon, attribué à l’institution par l’empereur en plein cœur de Paris.  
Monique Leroux prend les commandes de Desjardins. Pourra-t-elle les garder jusqu’en 2016 ?   Entrevue avec Monique Leroux, présidente et chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins En ce lundi matin du 17 mars 2008, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête au quartier général montréalais du Mouvement Desjardins, situés au 40 e étage de la Tour Sud du Complexe Desjardins. Le collège électoral des 256 délégués vient de décider de ne pas confier les rênes du Mouvement aux grandes pointures de l’interne que sont Bertrand Laferrière, président et chef de l’exploitation de la Fédération, et Jean-Guy Langelier, président et chef de l’exploitation de la Caisse centrale Desjardins.  
Tel qu’annoncé, l’ère des turbulences a été au rendez-vous ; nous sommes maintenant à celle de la reconstruction. Les divers gouvernements nationaux, les banquiers centraux et privés, les agences financières internationales se sont mobilisés comme jamais.
Le commerce Canada-Europe Le point de vue de Perrin Beatty Le moment est venu pour le Canada de diversifier ses marchés à l’exportation. Car le ralentissement économique américain et les élans protectionnistes, et surtout la remise en question de l’ALENA au sud de la frontière, braquent les projecteurs ailleurs. Sur l’Asie, certes, mais surtout sur l’Europe, où beaucoup reste à faire. La voie européenne est d’autant plus attirante que Bruxelles fait désormais preuve d’ouverture, ce qui n’était pas le cas il y a trois ou quatre ans.    
Eidos Montréal L'industrie du jeu, soutenue par les pays asiatiques, l'Europe et les États-Unis, verra ses revenus progresser de 9 % à l’échelle mondiale : en effet, ceux-ci devraient passer de 31,6 milliards de dollars en 2006 à 48,9 milliards en 2011*. Au Québec, le secteur du jeu vidéo emploie actuellement plus de 5 000 personnes, et représentait un chiffre d'affaires de 550 millions de dollars en novembre 2007.  
Établie à Montréal en 1998, SAP Labs Canada appartient au réseau mondial de recherche et de développement de la société allemande SAP AG, chef de file mondial dans le domaine des logiciels de gestion.  
Ses horribles accès autoroutiers mènent à des chefs-d'œoeuvre d'architecture moderne, de la Place Ville-Marie à Habitat 67. Ses églises patrimoniales et ses quartiers branchés côtoient des stationnements à ciel ouvert et de moches tours de copropriétés. Son béton craque de partout, mais sa légendaire vie urbaine ne fléchit pas.

Pages