Québec

Son rôle est de recevoir les plaintes des citoyens à l’égard du gouvernement et, si elles sont fondées, de voir à ce que soient réparés les préjudices qu’ils ont subis. Elle ne manque pas de travail, on s’en doute !
Plusieurs Québécois considèrent l’exploitation des gaz de schiste comme une entreprise aussi dommageable pour l’environnement que l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta. Il est vrai que les deux activités se ressemblent : elles visent toutes deux l’extraction d’hydrocarbures qui contribuent aux émissions de gaz à effet de serre. Il est vrai aussi que les deux procédés d’extraction exigent de très grandes quantités d’eau, de surcroît souillée par des additifs chimiques.
Le choc démographique est désormais réalité. Au Québec, quelque 100 000 travailleurs ont pris leur retraite en 2009 et 2010. Ce n’est que le début, puisque les premiers baby-boomers ont franchi l’âge de 65 ans en 2011. Selon Emploi-Québec, il y aura 730 000 emplois à pourvoir d’ici 2015. De ce nombre, plus de 500 000 postes vacants seront attribuables aux conséquences des départs massifs à la retraite.
Diane Lemieux n'a ni griffes acérées ni incisives menaçantes, mais une solide poignée de main et le sourire généreux. Seules caractéristiques qui pourraient justifier son surnom de « lionne » : ses yeux vifs, toujours à l'affût, et sa chevelure abondante, un brin désordonnée en ce jour neigeux où nous prenons le lunch au Petit Extra, rue Ontario, à Montréal.
  Selon Jean-Guy Desjardins, président de la société d’investissement Fiera Sceptre
Des salles d’urgence qui débordent. Des files d’attente qui n’en finissent plus. Des rendez-vous toujours aussi difficiles à obtenir. Les Québécois connaissent la chanson… et pendant ce temps, les querelles d’actes « réservés » continuent d’agiter médecins, pharmaciens et infirmières. Québec ne devrait-il pas lever certaines barrières pour « oxygéner » le réseau de la santé et ouvrir aux citoyens les soins de première ligne là où ils se trouvent ? Dans un tel contexte, les pharmacies ne pourraient-elles pas devenir des centres de santé d’appoint ?
Lors d’un dîner, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, au lieu de prononcer l’allocution habituelle, fit une présentation PowerPoint sur les accomplissements de Montréal, tout en circulant entre les tables des convives. Si le procédé sembla, de prime abord, saugrenu dans le contexte, l’exposition de faits d’armes incontestables mais largement méconnus de cet auditoire de Montréalais enracinés produisit un effet de nette surprise. Le maire ne présentait, bien sûr, qu’un côté de la médaille ; toutefois, l’autre côté, moins reluisant, est déjà bien connu et largement médiatisé. Il en va de même pour l’état du Québec…
Les compagnies d’assurance offrent un nombre croissant de produits visant à limiter les retombées financières du cancer et d’autres maladies graves sur les malades. Ces primes, qui connaissent un succès grandissant, ne répondent cependant pas aux besoins de tous, et leur coût peut s’élever à des milliers de dollars.
Le 31 mars 2010, un groupe de travail dépose un rapport, une métropole à la hauteur de nos aspirations, sur les enjeux en matière de gouvernance et de fiscalité à Montréal. Cette étude, commandée par la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain, est présentée dans un climat de morosité et de méfiance, où flotte le parfum du désenchantement des citoyens de la métropole.
Depuis la nuit des temps, le mecenato, qui s'inspire de la définition classique et plus lointaine encore de la philanthropie (du grec philanthrôpia, « amour de l’humanité ») consistait déjà à faire des choix. Riches et nobles soutenaient les arts, finançaient des projets, des inventions ou des missions à caractère scientifique.
Maintenant que la crise économique semble se résorber, l’industrie de l’aluminium voit poindre un avenir plein de promesses. Elle dit craindre toutefois de ne plus être autant la bienvenue au Québec qu’auparavant, et laisse entendre qu’elle pourrait décider d’aller planter sa tente ailleurs.
Considéré par certains comme la médecine de l’avenir, le recours aux hormones pour contrer les effets du vieillissement divise la communauté scientifique. Imaginez, à l’âge de la retraite, retrouver l’énergie, les muscles et la libido de vos 40 ans… Trop beau pour être vrai ? Beaucoup le pensent.

Pages