Canada

Plutôt effacée mais efficace, la petite québécoise est devenue incontournable sur la scène mondiale. D’abord, elle se porte acquéreur de Logica, une européenne de près de deux fois sa taille, puis elle est projetée à l’avant-plan de l’ambitieuse réforme du système américain de santé, cruciale pour le président Obama. Le spécialiste en technologies de l’information veut encore doubler son poids d’ici cinq à sept ans, sans travestir ce qui fait sa force depuis ses débuts : la « culture CGI »
Même s’il est toujours président de la Commission canadienne d’examen des exportations de biens culturels et le sera jusqu’en août 2015, peu de gens reconnaissent Marcel Brisebois dans la rue. Pourtant, de 1971 à 1990, il fut l’intervieweur vedette de la réputée émission Rencontres de Radio-Canada.
Au cours de la dernière année, trois Québécois ont pu se distinguer par leurs grandes réalisations. Grâce à leur talent, leur vision et leur acharnement au travail, ils ont respectivement su conquérir des marchés étrangers, le cœur du public et Hollywood. Alain Bouchard, 64 ans, président-directeur général d’Alimentation Couche-Tard, est un nouveau milliardaire. Son entreprise est la seule de sa catégorie au Canada à connaître une expansion mondiale. Colette Roy-Laroche, 69 ans, la mairesse de Lac-Mégantic, a été un phare d’inspiration d’une droiture exemplaire lors de la pire des crises. La tragédie qui a frappé sa petite ville a révélé qu’il existe encore des élus admirables en cette ère de politiciens municipaux accusés de corruption. Denis Villeneuve, 47 ans, a attiré l’attention des plus grands producteurs aux États-Unis. Avec Prisoners, le cinéaste a montré qu’un gros budget n’interdit pas la réalisation d’une œuvre au ton personnel. Tous trois sont au sommet de leur forme, s’attaquant avec brio aux défis qu’ils affrontent. De véritables modèles à suivre pour les générations montantes en affaires, en politique et en cinéma. Pour toutes ces raisons, Forces leur décerne le titre de « personnalité de l’année ». Voici l’occasion d’en apprendre davantage sur leurs points de vue concernant la dernière année, ce qui les motive au moment présent et comment ils entrevoient l’avenir.
Lorsque les athlètes canadiens entreront en action en février prochain aux Jeux olympiques de Sochi, ils mettront à profit le résultat de quatre années d’entraînement acharné. Loin des projecteurs, entraîneurs, préparateurs physiques et conseillers sportifs scruteront leurs protégés. Quatre d’entre eux ont accepté de livrer au magazine Forces leur vision de l’aventure olympique.
L’Université McGill est beaucoup plus ancrée dans la vie montréalaise et dans l’ensemble de la société québécoise qu’on semble le croire. À preuve, le fait qu’elle a placé pour la première fois à sa tête une Québécoise francophone, nous dit sa nouvelle rectrice, Suzanne Fortier. Mais ce n’est pas tout...
L'Organisation mondiale du commerce vient de sanctionner le maintien des interdictions concernant les produits dérivés de la chasse au phoque : le gouvernement Harper entend contester cette décision.
En mai dernier, le Parti néodémocrate est passé sous le radar lorsqu’il a déposé à Ottawa une motion visant à obliger les acheteurs d’œuvres d’art à payer un droit de suite aux artistes canadiens. Ainsi, pour chaque œuvre revendue – par opposition à une première vente –, l’artiste toucherait un pourcentage du montant de la transaction.
Les mots « économie » et « écologie » ont la même racine grecque : la maison. Une référence au chez-soi, aussi bien familial que planétaire. On sait qu’il faut gérer les deux avec sagesse, car ils sont au cœur de l’existence, aujourd’hui et pour l’avenir.
Le rapatriement de la constitution de 1982
Chaque jour, une exploitation agricole cesse ses activités au Québec. la première ministre, Pauline Marois, s’est engagée, à l’occasion du dévoilement de la Politique de souveraineté alimentaire, à « soutenir les jeunes femmes et les jeunes hommes qui font le choix exigeant de faire carrière dans le monde agricole ». Polaroïd d’un paysage en plein bouleversement au lendemain du dépôt de cette politique gouvernementale très attendue.
Le monde agroalimentaire est en plein bouleversement. Et un nouveau joueur vient brouiller les cartes : l’agriculture biologique. Panacée pour les uns, mirage pour les autres, le bio suscite des débats à la fois scientifiques et idéologiques. Mythes ou réalités ? FORCES fait le point.
Avant que les minières ne s’y installent, avant que le gouvernement n’élabore un plan pour le développer, des coopératives prospéraient dans le Nord du Québec. Regroupées dans la Fédération des coopératives du Nouveau-Québec, leur chiffre d’affaires s’élève à plus de 300 millions de dollars. FORCES dresse le portrait de ces coopératives à succès à travers le regard d’un de leurs dirigeants, Sokchiveneath Chhoan.

Pages